dans le sac à dos d'Auriane

Le château de Losse et ses jardins

Non loin de Montignac, à Thonac plus précisément, je m’arrête au château de Losse pour découvrir tous ses secrets. On me donne deux fiches : l’une avec le plan du jardin et les points de repères, l’autre qui traite de l’histoire des jardins.

La visite des jardins est libre tandis que pour le château il faut attendre la guide. Pour savoir le début de chaque visite, il suffit d’entendre la cloche sonner. J’adore totalement ce principe ! Je tiens à préciser que les chiens ne sont pas autorisés au château.  Une chasse au trésor est organisée pour les enfants. Il vous faut récupérer le parchemin à l’accueil, retrouver les coffres pour avoir un cadeau à la fin. Je l’ai fait, c’est génial ! Ce jeu est idéal pour les Indiana Jones en herbe. Je garde précieusement la récompense mais je ne vous dirai pas de quoi il s’agit ;)

Extérieur

Je débute donc mon parcours par les extérieurs en attendant la visite. Je commence par les jardins en terrasse « charmille ». Il s’agit d’un jardin à la française avec de grandes haies qui me font penser à un labyrinthe. La Vézère coule juste en bas. Un point de vue permet d’admirer le fleuve qui suit son cour tranquillement. Les jardins sont jusque-là très beaux et bien entretenus. Ce n’est pas pour rien qu’ils ont été classés « jardins remarquables ». Juste en face de ces jardins, je retrouve mes amis les bambous pour le mini-labyrinthe. Ce dernier est idéal pour les enfants. Il n’est pas très grand mais je trouve l’espace choisi très bien aménagé. Je n’ai aucune raison de me perdre !

Je me dirige ensuite vers les douves. Sur ma route, je peux également bifurquer à gauche vers le parc. Je le garde pour la fin car il faut compter dix minutes de marche dans le bois pour y accéder. En passant près des douves, je regarde un peu plus précisément l’architecture des tours et du rempart du château. Je remarque que les tours possèdent des toits en lauze typiques de la région. Je n’ai pas le souvenir d’avoir visité un château possédant ce style de toit, cela fait l’originalité de Losse.

Je me sens toute petite lorsque je traverse les douves. J’arrive à la tour Sainte-Marguerite. Une vidéo passe en boucle et parle du château à travers une émission de télévision. J’emprunte l’escalier à vis. Je précise que ce dernier est très étroit, les marches ne sont pas du tout égales et rapetissent au fur et à mesure. Je pense qu’une corde pour se maintenir serait la bienvenue. Cela dit, cet accès un peu abrupt est indiqué dans ma feuille de route. Il est possible d’éviter l’escalier en passant par la cour du château.

J’arrive dans cette fameuse cour du château. Je me retrouve face à d’autres jardins. Je suis assez surprise, ce n’est pas le paysage que j’ai l’habitude d’avoir en grimpant en haut d’une tour. Atmosphères bohème et romantique avec la tonnelle, la glycine et un lustre en fer forgé. Je traverse une allée de buis et de rosiers pour arriver à l’autre tour. Je traverse la chambre de repos et son lit à baldaquin pour arriver à l’étuve qui est la salle de bain. La fenêtre me permet de voir les douves d’en haut. En-dessous, les souterrains. Il fait assez sombre et frais. L’atmosphère est assez pesante, vais-je trouver un prisonnier ? Ouf, la grille est fermée ;)

Je retrouve la lumière du jour et je me dirige vers le jardin bas. Je longe la grange, une fontaine traverse tout le jardin. Je suis les cyprès et les rosiers sous l’œil avisé du dieu de l’eau et j’admire le knot garden : cascade de roses et de buis ! Sublime !

La cloche sonne ! Cela indique le début de la visite. Je remets le sac à dos sur mes épaules et je file !

Intérieur

La visite débute dans la cour avec un historique de la famille des Losse, notamment Jean II qui a restauré tout le château que j’ai devant moi. Ce logis Renaissance s’inspire de l’art italien du XVIème avec ses moulures aux fenêtres et aux portes. La guide nous parle plus précisément du châtelet avec ses ouvertures qui indiquent la présence d’un pont levis. J’admire les ouvertures, les échauguettes et la vue d’ensemble sur le rempart. Sous les fenêtres du logis, il y a des coups de fusils. Ces petits trous servaient à la défense et permettaient d’y installer un mousquet. Je précise que les photos sont interdites à l’intérieur.

Je passe la porte d’entrée et j’emprunte l’escalier d’apparat. J’arrive dans la salle des écussons avec son sol en pisé très bien conservé. Les armoiries de la famille sont peintes sur un mur et une cheminée monumentale avec quelques volutes se trouve derrière moi. Les tapisseries décorent les murs et plusieurs meubles habillent la pièce.  Je me rends ensuite dans la chambre jaune composée d’une tapisserie florale et d’autres meubles.  Le discours de la guide est très fluide, léger. Je ne perds pas le fil. J’aime beaucoup ses explications claires et précises. Elle a toujours la réponse à nos questions, même les plus pointilleuses !!

Je redescends pour visiter la salle d’armes. J’admire une couleuvrine et des mousquets. La star de cette pièce est le coffre-fort du XVIIème siècle. La guide nous fait deviner l’emplacement de la serrure. Je ne dirai pas la réponse mais c’est surprenant. En ouvrant le coffre, je constate un mécanisme remarquable : onze points pour protéger les trésors des seigneurs. Plus loin, la salle à manger qui se trouve en-dessous de la salle des écussons. Pour supporter le poids, des voûtes sont créées. Deux inscriptions sont au plafond : « avec la sueur, le sang et la prison » qui évoque les souffrances de Jean II et « Losse 1576 » qui signifie la fin des travaux de restauration. L’énorme miroir sur la cheminée sert de réflecteur de lumière ! Très ingénieux !

Je traverse le salon. Le parquet glisse un peu. Il a été restauré, la couleur turquoise domine. Ce salon est assez petit conférant une atmosphère assez intime au lieu. Il y a des sièges en cuir estampé de dessins et deux tableaux remarquables : un original de Rubens et un autre de Van Dyck. Au centre, un portrait en cire d’Henri IV daté de 1602 ! Je vais de surprise en surprise ici !!

La dernière partie de la visite est la terrasse du château qui donne sur la Vézère. Il n’y a rien à dire, la vue est superbe ! L’ensemble du château est très bien restauré, il y a plein de petits détails qui rappellent la mode Renaissance si prisée en ce temps-là. La visite dure une heure, je n’ai pas vu le temps passer tellement je buvais les paroles de la guide.

En comptant les extérieurs, l’intérieur et la petite chasse au trésor, j’ai à peu près mis trois heures pour visiter le château de Losse. Un salon de thé accueille les visiteurs et la boutique s’apparente à une brocante (elle n’est pas ouverte le samedi). Elle se trouve dans la tour Sainte-Marguerite. Je trouve cela super original !

Si vous voulez une vue du château depuis la Vézère c’est très simple. Prenez à gauche en sortant du château, au rond-point prenez encore à gauche puis de nouveau à gauche en direction de Montignac. Vous pourrez prendre une photo des terrasses et voir la cascade de roses et de buis !

J’ai passé un excellent moment au château de Losse. Les jardins sont propres, agréables et l’architecture des lieux est unique. Plusieurs citations gravées sous les fenêtres ou au-dessus des portes me font réfléchir. Les jardins me font rêver et voyager. Le château me replonge en pleine Renaissance. C’est un site idéal pour les familles, couples ou amis. Histoire et divertissement sont les maîtres mots du château de Losse.

Bonne visite !

Encore plus d’informations ici.

Le château de Losse et ses jardins

Le château de Losse et ses jardins
Le château de Losse et ses jardins
Le château de Losse et ses jardins
Le château de Losse et ses jardins
Le château de Losse et ses jardins
Le château de Losse et ses jardins
Le château de Losse et ses jardins
Le château de Losse et ses jardins
Le château de Losse et ses jardins
Le château de Losse et ses jardins
Le château de Losse et ses jardins
Le château de Losse et ses jardins
Le château de Losse et ses jardins
Le château de Losse et ses jardins
Le château de Losse et ses jardins
Le château de Losse et ses jardins
Le château de Losse et ses jardins

#châteaux #jardins #périgordnoir


Retour à la page "Dans le sac à dos d'Auriane"