La Roque Saint-Christophe

La Roque Saint-Christophe  surplombe la vallée de la Vézère, près de Tursac ! Cette faille aménagée dans la roche attise ma curiosité et je décide d’y poser mon sac à dos !

Pour monter à la billetterie, deux chemins : une pente douce ou plus rude ! J’ai ma petite préférence, je pense que vous avez deviné ;) Je récupère le ticket et comme pour la plupart des sites des alentours, la Roque Saint-Christophe fait partie du Pass Découverte (il faut toujours l’avoir dans son sac à dos !!). Et un autre coup de tampon, un ! La visite est libre hors saison et numérotée. En saison, elle est commentée à heures fixes et les animations (démonstrations d’engins de levage) ont lieu pendant les vacances scolaires, l’été et les journées du Patrimoine !

C’est parti avec le sac à dos sur les épaules ! L’entrée du fort est bien gardée, je suis surveillée dès mon arrivée ! Un panneau m’indique l’histoire du rocher ! La Roque Saint-Christophe est une cité troglodytique, les maisons sont construites contre la paroi et le site conserve d’énormes traces du passage de nos ancêtres ! Je peux entrer dans une ancienne étable, je vois encore les anneaux qui servaient d’attaches aux animaux. Je reste dans la thématique animalière avec la zone réservée à l’abattage et au séchage-fumage de la viande. La pierre sert de plan de travail et des trous sont creusés dans le sol pour stocker le sang.

J’arrive ensuite au coffre fort, lui aussi, à même la paroi. La forteresse est longue d’un kilomètre et la cité troglodytique s’étend sur 300 mètres ! Je n’aurai pas cru qu’un vrai village était en place sous cette paroi ! Maisons, églises, étables, ateliers d’artisans occupent l’ensemble du rocher et la maquette me permet de bien visualiser ces aménagements !!

Tous les panneaux explicatifs que je rencontre par la suite sont illustrés par des reconstitutions 3D de la pièce, malheureusement disparue. Je reconnais l’église de par son mobilier : l’autel, la chaire du prêtre en bois très simple et le petit baptistère ! Des croix sont aussi gravées sur les parois, c’est un véritable jeu de les retrouver car ce n’est parfois pas simple ! Mon record est de deux !!!

Une vidéo complète la maquette avec une évolution du rocher des origines à aujourd’hui. Le film aide mon imagination et reconstruit toujours en 3D le village entier ! Juste après, le chantier médiéval composé de sa forge et de ses engins de levage que je n’avais jamais vu auparavant. Treuil de puits, treuil horizontal et mon préféré le treuil à tambour qui ressemble à une roue de hamster. Rien que son principe pour le faire fonctionner m’attire et me fais sourire : il suffit de se mettre un l’intérieur et courir pour faire fonctionner la roue !! Pour le coup, j’aurai voulu voir l’animation !!

J’apprends ensuite comment les carriers extrayaient la pierre qui servait de matière première à la construction des habitats puis je vois les deux derniers engins : la grue à balancier et le cabestan. J’arrive donc au dernier panneau (le numéro 18) et je retourne sur mes pas pour la deuxième partie du site. La vue depuis cette partie de la cité est superbe, sur la Vézère et la campagne environnante ! Je vois les premiers canoës qui naviguent sur la rivière et je peux apercevoir au loin le site du Moustier ! Les gens de l’époque devaient apprécier la vue au réveil !

Je reviens au niveau du coffre pour arriver au superbe escalier monolithique, le plus grand d’Europe. Je suis très impressionnée par la taille des marches et je suis très admirative de celui qui les a taillées ! Juste en dessous, le cachot où un pauvre homme n’a pas l’air d’avoir l’autorisation pour sortir !! Dommage, je n’ai pas les clefs ! J’arrive dans les parties plus habitées du fort, avec la salle d’armes et la cuisine. Le four à pain fonctionne, la table est dressée, il ne manque plus que les invités.

Du Moyen Age, je passe à l’âge du bronze avec la reconstitution d’une sépulture retrouvée à cet emplacement. Un adulte et un adolescent reposent ici, du mobilier les accompagne ! Je termine par les premières origines du rocher avec l’occupation préhistorique : Neandertal protégeant les siens d’un méchant ours. Les cavités du rocher permettaient une bonne installation de nos hommes préhistoriques mais les voisins étaient quelque peu hostiles ! La boucle est bouclée, je reviens à l’entrée du fort.

J’ai passé un excellent moment dans ce mur de calcaire sculpté par le temps. La visite a duré environ une heure et elle m’a permis de comprendre les modes d’aménagement de ces habitations troglodytiques ! J’ai eu un sacré coup de cœur pour les reconstitutions des engins des bâtisseurs médiévaux, surtout le treuil à tambour dit cage à écureuil! C’est une sortie idéale en famille qui offre des activités ludiques et éducatives ainsi qu’un panorama très sympathique. Il est possible de se restaurer en bas du rocher avec des aires de pique-nique et une petite guinguette !! N’hésitez pas à vous arrêter !

Encore plus d’informations ici.

La Roque Saint-Christophe

La Roque Saint-Christophe

La Roque Saint-Christophe
La Roque Saint-Christophe
La Roque Saint-Christophe
La Roque Saint-Christophe
La Roque Saint-Christophe
La Roque Saint-Christophe

La Roque Saint-Christophe
La Roque Saint-Christophe
La Roque Saint-Christophe
La Roque Saint-Christophe
La Roque Saint-Christophe

#médiéval #périgordnoir


Retour à la page "Incontournable"