dans le sac à dos d'Auriane

Ecomusée de la truffe

L’écomusée de la truffe est situé à Sorges. Je ne pouvais pas le louper, il se voit depuis la route. Cette ancienne ferme restaurée renferme tous les secrets du champignon le plus réputé du monde !

Les photos ne sont pas autorisées à l’intérieur. J’ai quand même eu le droit d’en faire pour vous donner un aperçu du musée. Je monte à l’étage en ayant croisé quatre panneaux qui posent quelques questions aux visiteurs au sujet de la truffe. Les réponses se trouvent à l’intérieur ! Un jeu pour enfant est aussi disponible à l’aide d’une tablette. Les jeux interactifs sont souvent très sympathiques, les enfants deviennent curieux des objets ou produits exposés. Une surprise les attend à la fin ! Ils apprennent à être de vrais trufficulteurs !

Le musée est très bien décoré. Il se dégage une ambiance baroque-chic qui est très sympathique. Cette atmosphère correspond bien au caractère noble de la truffe.

La visite débute avec la présentation des champignons. Je pense que le parcours se veut global au début pour se recentrer sur la truffe par la suite. C’est une belle mise en bouche ! Derrière moi, j’entre dans le vif du sujet avec la truffe noire du Périgord. Je lis les indications sur son nom traduit en plusieurs langues et ses caractéristiques. C’est, en gros, sa fiche technique : composition, aspect et grossissement au microscope. L’histoire de l’arrivée de la truffe à Sorges est également contée et une grosse truffe tranchée me permet de visualiser tout ce que j’ai pu lire auparavant.

Les panneaux sont aussi agrémentés de schémas et de dessins pour mieux comprendre les différentes espèces. Une frise chronologique est installée avec la vision de la truffe dans le temps. Je constate que la truffe n’avait pas toujours une bonne réputation. Elle était considérée comme un produit du diable au Moyen Age mais elle est sur les plus grandes tables bourgeoises à l’époque moderne. Juste à côté, un herbier avec les flores truffières. Il est très bien réalisé !

Je passe ensuite au panneau dédié à la truffe et aux quatre saisons. Juste en face, le milieu naturel de la truffe : quel arbre donne tel champignon ou telle truffe, les caractéristiques des sols favorables à sa formation, les indicateurs d’arbres truffiers (flore, brûlé) ou encore les animaux que l’on peut trouver sur les truffières et/ou ceux qui les mangent.

En avançant, je tombe sur une énorme truffe qui tourne au-dessus de ma tête. C’est légèrement impressionnant ! J’aime beaucoup le matériel du trufficulteur exposé dans une sphère : les paniers en osier et les petits piochons ressortent bien !

J’apprends que la truffe est aussi étudiée biologiquement. Il y a toute une science autour de ce champignon. Des tests de qualité sont ainsi réalisés sur les produits composés de truffe pour être sûr de son authenticité. Je ne connaissais pas tout ce processus !

Dans le coin de la pièce, une immense bouche et un nez sortent du mur. Il s’agit du coin saveur et parfum. Je suis un peu déçu qu’il n’y ait pas d’échantillons pour sentir les différents parfums !

Le dernier espace est consacré au métier de trufficulteur. Il y a des vidéos, des témoignages et tout ce qu’il faut pour devenir un chercheur de truffes. J’apprends qu’il y a des championnats de chiens truffiers ! Il faut un vrai savoir-faire, ce métier ne s’apprend pas dans les livres ! La petite information que je trouve assez utile concerne la plantation des arbres truffiers. Un schéma m’explique comment les planter et quel est le processus.

Avant de redescendre à l’accueil, je lis le dernier panneau dédié à la gastronomie. Trois cadres photo renferment des écrans. Je trouve l’idée assez bonne ! Je choisis la vidéo de mon choix et je découvre la recette du pâté de Périgueux qui date du XVème siècle. Il y a quelques truffes dans des bocaux et de la vaisselle. Le petit bémol est le manque de recettes dans le musée. Quelques illustrations auraient été les bienvenues. Cela dit, des recettes gratuites sont proposées à l’entrée.

La boutique est composée de nombreux produits du terroir. Ils sont divers et variés avec des pâtés, des liqueurs et apéritifs, des bouteilles de vin estampées asses jolies, des pâtes au châtaignes (+1 pour l’originalité) ainsi que des confitures. Un pan de mur est dédié à la truffe avec de l’huile, un apéritif artisanal à la saveur de la truffe, sauces et lamelles de truffes. Un coin librairie est également aménagé. Ils vendent aussi des paniers en osier, au cas où l’envie nous prend d’aller chercher nos propres truffes !

J’ai passé à peu près 45 minutes dans le musée. Le site est agréable et bien aménagé. Les enfants peuvent y trouver leur bonheur avec les jeux et les espaces qui leurs sont dédiés. L’écomusée est ludique et permet de découvrir la truffe sous toutes ses coutures ! Il ne manque plus qu’à appliquer toutes les informations apprises en allant chercher nous-mêmes ce champignon qui se retrouve sur les plus grandes tables !

Bonne découverte !

Encore plus d’informations ici.

Ecomusée de la truffe

Ecomusée de la truffe
Ecomusée de la truffe
Ecomusée de la truffe
Ecomusée de la truffe
Ecomusée de la truffe
Ecomusée de la truffe
Ecomusée de la truffe
Ecomusée de la truffe
Ecomusée de la truffe
Ecomusée de la truffe
Ecomusée de la truffe
Ecomusée de la truffe
Ecomusée de la truffe
Ecomusée de la truffe
Ecomusée de la truffe
Ecomusée de la truffe

#gourmand #périgordblanc #terroir


Retour à la page "Dans le sac à dos d'Auriane"