dans le sac à dos d'Auriane

Le village troglodytique de la Madeleine

Juste après les Eyzies, dans la commune de Tursac, le village troglodytique de La Madeleine surplombe la vallée de la Vézère.

J’arrive à l’accueil et je récupère mon petit guide pour la visite. Cette dernière est libre en basse saison (guidée sur réservation) et des visites guidées ont lieu pendant la période estivale. On m’explique que le parcours est divisé en plusieurs secteurs (12 au total) et que je peux suivre le plan situé à l’intérieur du carnet !

Je début donc ma visite par le secteur 1 concernant la géologie, l’environnement et la période préhistorique du rocher de La Madeleine. Le site présente la particularité de posséder trois niveaux d’occupation : préhistorique, le village troglodytique et le château. J’apprends également que c’est le site qui donne son nom à la culture des Magdaléniens, ces hommes artistes qui ont notamment peint Lascaux ! Le carnet regorge d’informations concernant la découverte du gisement en 1863, ce dernier étant célèbre pour sa plaquette sculptée d’un mammouth.  D’autres informations m’aident à comprendre les modes de vie des Magdaléniens et les raisons de leur installation dans ces abris sous roche !

Je continue de longer la paroi pour arriver à l’abri est. Des vestiges de murs me font face, il semblerait qu’un four banal soit parmi les décombres mais je le vois à peine, il a lui aussi subi quelques dégâts ! Un escalier taillé dans la roche mène à la rivière, pour le voir il a fallu que je me penche par-dessus la barrière. Au-dessus de ma tête, je vois le larmier qui servait à éviter les pénétrations de l’eau de pluie !

Je passe ensuite à côté d’un petit jardin-potager aménagé. Les panneaux m’indiquent qu’au Moyen Age, ces jardins sont séparés en quatre secteurs : la partie médicinale, la partie plaisir, la partie potager puis la partie du verger. Je dormirai moins bête ce soir !!

J’arrive au village troglodytique en passant par ce qui reste de la porte des gardes. Véritable gardienne de la ville, cette porte était très importante. Je n’ai pas beaucoup de vestiges de cette ouverture mais j’arrive tout de même à la deviner. Plus loin, un pan coupé de la falaise permettant de se débarrasser de son ennemi. Un schéma sur le guide papier possède une illustration et je comprends mieux le principe ! La falaise est creusée pour former des trous de boulins qui accueillent les charpentes ou les étages des maisons, il y a des niches un peu partout et je distingue les aménagements des bergeries au rez-de-chaussée !

L’autre pièce est plus structurée avec un four à pain et une cheminée du XVIIIème siècle. Cette dernière possède un beau linteau de bois ! Je remarque que cette pièce possède un peu plus d’éléments que les pièces précédentes, il y a même une fenêtre ! S’ensuit la maison dite du tisserand qui est construite de façon similaire aux autres habitats, les trous au sol seraient les marques des métiers à tisser ! Le passé de ces hommes se retrouve dans chaque partie de la roche !

Je passe le tunnel, pas bien haut, ils étaient quand même petits à l’époque ! Les marches me conduisent à la chapelle, les voûtes sont de très bonne qualité et le sol en pisé sublime ! En redescendant, je vous conseille de regarder le linteau plutôt que vos pieds, juste pour éviter de ressortir de La Madeleine avec une bosse !

Les photos du petit guide me permettent de repérer les éléments remarquables des ruines dans lesquelles je passe, certains éléments sont parfois difficiles à voir ! Au bout, une explication sur les constructions médiévales en bois, plutôt réservées aux aménagements ruraux. C’est assez instructif, surtout pour visualiser ce que je viens de voir. Au-dessus de ma tête, le cluzeau qui permet de surveiller la Vézère et de se préparer en cas d’attaque ! En-dessous, il y a le gisement préhistorique qui ne se visite pas. Je me rends compte de la richesse historique de La Madeleine avec cette superposition d’habitats d’époques différentes !

Je dois faire demi-tour pour arriver au dernier point de ma visite. Il s’agit du petit château de Marzac daté du XIIIème siècle. Il est quelque peu en ruine lui aussi mais je distingue quelques éléments comme une tour, une meurtrière originale en forme de croix et quelques ouvertures. La végétation recouvre une partie de l’édifice fortifié, cela rajoute un peu de charme et de mystère autour de lui ! Il est, en effet, tentant pour moi de pénétrer à l’intérieur pour voir tout ça de plus près. Un peu plus loin, il y a un petit point de vue sur la Vézère et la campagne environnante ! Je comprends mieux l’intérêt de venir s’installer ici pour ces générations d’Hommes !!

J’ai mis une petite heure pour faire le tour du village dont la visite est chronologique. Je distingue les différentes phases d’aménagements au fur et à mesure que j’avance et la façon dont les habitats ont été construits, aménagés, détruits et remaniés ! La Madeleine me donne une très belle vue sur la Vézère et une excellente démonstration de la vie de ces hommes des falaises ! Des ateliers pédagogiques viennent compléter la visite juillet et août. N’attendez plus !

Encore plus d’informations ici.

Le village troglodytique de la Madeleine

Le village troglodytique de la Madeleine
Le village troglodytique de la Madeleine
Le village troglodytique de la Madeleine
Le village troglodytique de la Madeleine
Le village troglodytique de la Madeleine
Le village troglodytique de la Madeleine
Le village troglodytique de la Madeleine
Le village troglodytique de la Madeleine
Le village troglodytique de la Madeleine

#découverte #médiéval #périgordnoir #village


Retour à la page "Dans le sac à dos d'Auriane"